Le jour où j’ai réalisé un steek

Le steek est une méthode qui vise à couper un pull tricoté en rond, souvent pour le transformer en gilet. Certains patrons proposent aussi d’utiliser cette méthode pour réaliser le trou des emmanchures, mais pour une première, je m’en suis tenue à la faire pour un simple cardigan.

Le moment tant redouté

J’ai choisi de tricoter un Merriment cardigan de Melyna Bernardi, en taille enfant : https://www.ravelry.com/patterns/library/merriment-cardigan

Ce patron inclut la méthode du steek, mais il est bien évidemment possible de couper n’importe quel tricot. Les laines rustiques se prêtent mieux à la méthode puisque les brins vont avoir tendance à mieux s’accrocher les uns aux autres que de la laine superwash et ainsi sécuriser un peu plus la découpe.

Au préalable, on tricote en rond en faisant quelques mailles de plus, 5 ou 6, à l’endroit où il faudra couper. On tricote ces mailles sur tous les rangs de l’ouvrage.

Jusque-là, il n’y a aucune difficulté.

Pour ma part, j’ai lavé et bloqué le tricot pour mieux faire apparaître la définition des mailles et préparer plus aisément la consolidation.

J’ai d’abord choisi de sécuriser toutes les mailles de part et d’autre des quelques mailles tricotées en plus. J’ai réalisé cette étape avec un crochet et une laine plus fine et de couleur contrastante, pour mieux voir ce que je faisais. Il s’agit de remonter tous les rangs sur la même ligne de mailles, sur l’envers en créant une petite chaînette.

Puis j’ai réalisé les pattes de boutonnages en remontant les mailles de part et d’autre des mailles centrales.

J’ai ensuite coupé mon tricot au milieu des mailles rajoutées.

Mon tricot comportait du jacquard et je me suis aperçue après coup que quelques fils n’avaient pas été pris dans ma chainette au crochet.

J’ai alors opté pour la seconde méthode preconisée afin de sécuriser les fils : utiliser la machine à coudre et faire un point droit de part et d’autre des mailles ajoutées au centre du tricot. Pour ce faire, j’ai aussi pris un fil contrastant, pour bien m’assurer que toutes les mailles étaient sécurisées.

Ensuite, j’ai cousu un ruban, à la main, pour cacher les mailles coupées. Puis j’ai cousu les boutons.

Il y a quelques étapes à suivre scrupuleusement dans cette méthode, cela prend un peu de temps, notamment la couture du ruban à la main, mais je suis ravie de m’être lancée et d’avoir appris une nouvelle méthode au tricot !

2 réflexions sur “Le jour où j’ai réalisé un steek

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s